retour au menu

RETOUR MENU

Problèmes dans l'élevage : agir ensemble

De nombreux problèmes entraînant des conséquences sur la qualité ou la sécurité du lait peuvent survenir dans un élevage tank en panne, problème sanitaire... Quel que soit ce problème, il est essentiel qu'il soit géré conjointement par l'éleveur et par le technicien de Danone. Dans tous les cas, Danone et l'éleveur pourront trouver des solutions adaptées pour éviter tout problème de transformation et permettre à l'éleveur de limiter les conséquences économiques possibles.

Avertir Danone en cas de suspicion de maladie contagieuse : une obligation légale dans l'intérêt de chacun

La réglementation française prévoit qu'en cas de suspicion de brucellose ou de tuberculose, l'éleveur doit accompagner toute livraison de lait d'un laissez-passer Cette mesure a été prise afin que la laiterie puisse ensuite garantir le traitement thermique du lait. Il est donc important que dès qu'un animal est suspecté, Danone soit averti dans les meilleurs délais. C'est aussi l'intérêt de l'éleveur qui pourra se renseigner auprès de Danone sur les démarches à effectuer Bien entendu, en cas de suspicion de BSE, maladie dite de la "vache folle", il est nécessaire que Danone soit averti dès l'abattage de l'animal suspect afin de prendre avec l'éleveur et son vétérinaire les mesures appropriées.

Pathologies : se renseigner auprès de son vétérinaire et avertir Danone

Chaque élevage peut être confronté à un moment donné à un problème de pathologie concernant un ou plusieurs animaux et pouvant avoir une répercussion sur le lait. il est essentiel que l'éleveur interroge son vétérinaire sur les risques pouvant exister au niveau du lait et sur les mesures à prendre. En cas de doute, l'éleveur ou le vétérinaire, à la demande de l'éleveur, peut contacter Danone afin de décider ensemble des mesures à mettre en œuvre. Salmonellose, botulisme, listériose, fièvre Q... autant de maladies particulières que l'éleveur et Danone doivent gérer conjointement afin d'assurer la santé du consommateur.

Présence possible de résidus dans le tank : ne pas prendre de risques

Chaque éleveur réalise la traite 730 fois chaque année. Malgré les mesures mises en œuvre, il reste possible que le lait des animaux en cours de traitement ou traités récemment passe par erreur dans le tank.
Dans ce cas, plutôt que de prendre le risque d'une pénalité, il est préférable, pour le producteur, d'appeler un technicien qui lui Indique la démarche à suivre. Un échantillon sera réalisé ou bien il sera proposé d'écarter le lait tout de suite.

Tank en panne : avertir dès que possible

Le tank à lait fonctionne toute l'année en continu. il est donc possible que, malgré la réalisation d'un contrôle régulier, une panne survienne. De plus, nul n'est à l'abri d'une coupure de courant.
Dans ce cas, même Si le lait n'a pas atteint des températures très élevées, il est possible qu'un développement bactérien important se produise. Pour le producteur, cela peut avoir comme conséquences un déclassement du lait et des pertes financières importantes. Pour Danone, c'est toute une citerne de collecte qui peut voir sa qualité dégradée.
il est donc impératif pour le producteur, dès qu'un soupçon de mauvais fonctionnement du tank existe, de prévenir Danone afin de décider de la conduite à tenir pour le lait... et pour le tank.

 

Extrait de : Qualité et sécurité en élevage laitier