retour au menu

RETOUR MENU

Une utilisation raisonnée des médicaments

Des millions de litres de lait sont chaque année rendus inutilisables pour cause de présence d'inhibiteurs. Il faut donc assurer une parfaite maîtrise de l'utilisation des médicaments, particulièrement pour les traitements des mammites ou pour les traitements au tarissement.

Des précautions prises : des pénalités évitées

Connaître les animaux traités
- Identifier l'animal par un ruban adhésif ou autres moyens au niveau de la patte afin d'écarter son lait du circuit de traite.
- Inscrire sur un tableau situé dans la salle de traite le numéro de la vache traitée ainsi que la date de fin de délai d'attente et le produit utilisé.
L'intérêt est double ne pas se tromper sur le délai d'attente et éviter les erreurs en cas de changement de trayeur.
- Séparer les vaches taries ou les identifier lorsqu'elles restent avec les vaches traites.

Suivre les conseils d'utilisation des médicaments

- Se référer toujours au délai d'attente prescrit sur l'ordonnance par le vétérinaire et rappelé sur l'emballage. Dans le cas où deux types de produits ont été utilisés, il faut prendre en compte, au minimum, le délai d'attente le plus long. Attention, lorsque les doses proposées par le fabricant ne sont pas respectées, le délai d'attente prévu ne peut être appliqué. Le vétérinaire doit alors proposer un délai spécifique.
- Ne jamais livrer le lait des quartiers non traités car les antibiotiques peuvent passer d'un quartier à l'autre.
- Commencer à livrer le lait 7 jours après vêlage. En cas de période sèche raccourcie (moins de 5 semaines), porter ce délai à 14 jours (sauf indication contraire du fabricant). En cas de doute, une analyse d'un échantillon de lait de cet animal peut être réalisée.

Que faire en cas de doute ou d'erreur?

En cas de doute sur le délai d'attente, contacter votre vétérinaire. En cas de doute (par exemple, passage par erreur du lait d'une vache traitée), il faut impérativement avertir Danone afin de ne pas contaminer la citerne de transport. Si l'analyse du lait se révèle positive, le lait n'est pas collecté (car non transformable) mais il est quand même partiellement payé au producteur.

Enregistrer tous les traitements : comment et pourquoi?

De nombreux vétérinaires, parfois dans le cadre d'actions régionales, proposent aux éleveurs des carnets de santé ou des ordonnanciers d'élevages. Ces documents permettent aux éleveurs d'enregistrer d'une manière rationnelle les traitements réalisés. Danone tient à la disposition des éleveurs des fiches d'enregistrement conçues par les groupements techniques vétérinaires.

Noter la date à laquelle la vache a reçu le premier traitement.
- Enregistrer le type de maladie permet de garder en mémoire tous les problèmes constatés pendant l'année.
- Inscrire la date et le moment (matin/soir) de la dernière traite à écarter évite de mettre du lait contaminé dans le tank.
- Inscrire chaque animal traité sur le tableau. Avant chaque traite, le consulter afin de se remémorer immédiatement les vaches dont le lait est contaminé.
- Utiliser uniquement des produits autorisés pour la vache laitière et prescrits par un vétérinaire. Bien différencier les produits applicables pendant la lactation de ceux qui ne le sont pas.

Une sécurité en cas de problème

Conserver une trace de tous les traitements réalisés permet, en cas de problème (détection d'inhibiteur dans le tank, par exemple), de rechercher la cause éventuelle.

Un outil pour analyser la situation de son élevage

Les données enregistrées permettent de réaliser des bilans pour évaluer la situation sanitaire et le coût de la pathologie.

Le système de fiches par vache permet aussi de faire un bilan pour chaque vache et de prendre ainsi certaines décisions (réformes, sélections...).

Extrait de : Qualité et sécurité en élevage laitier
vilcon2.gif (6907 octets)