retour au menu

RETOUR MENU

 

Des animaux en bonne santé

Le producteur de lait a toujours été confronté à de nombreuses maladies aux conséquences diverses pour l'exploitation.

Depuis des années, certaines maladies contagieuses comme la tuterculose, la brucellose, la leucose, la rage... font l'objet d'une lutte définie par la réglementation nationale. Bien que le nombre de bêtes atteintes ait fortement diminué, ces maladies touchent encore quelques animaux sur notre territoire. Il est donc nécessaire de rester vigilant en respectant les procédures sanitaires définies par la réglementation. D'autres maladies doivent aussi être maîtrisées parmi cel1es-ci, les mammites, du fait de leur fréquence et des répercussions sur la qualité du lait, doivent être prises en compte en priorité.

Ce que prévoit la réglementation

Chap.1 de l'art.2 : (arrêté du 18 mars 1994)

"Le lait provient d'animaux :

Une analyse en cas d'avortement

Un avortement peut avoir de nombreuses causes comme la brucellose, la chlamydiose, la fièvre q... Ainsi, lorsqu'une vache avorte, l'éleveur doit systématiquement, comme le prévoit la réglementation, faire appel à son vétérinaire afin qu il puisse réaliser un prélèvement.
Si l'analyse s'avère positive, l'éleveur doit prendre les mesures adéquates en fonction du germe identifié et, Si cela est nécessaire, éliminer les amimaux atteints.

Des règles de circulation à respecter pour préserver l'élevage

Un bovin ne peut entrer ou sortir de l'exploitation que :

  Bovin préidentifié Bovin identifié
ENTREE -S'il porte sa boucle de travail à l'oreille gauche. -S'il porte ses deux repères agrées
-S'il est accompagné de son DAB daté et signé avec une ASDA (attestation sanitaire officielle dite à délivrance anticipée) attestant qu'il provient d'un cheptel qualifié (indemne de maladies légalenemt réputées contagieuses). Le tatouage reste un repère officiel possible pour les animaux nés avant le premier juillet 1995.
- S'il est isolé des autres bovins du cheptel dès son arrivée dans l'exploitation
- S'il subit avec résultat favorable la visite d'introduction réglementaire réalisée par un vétérinaire sanitaire (prise de sang pour recherche de la brucellose...).
SORTIE ET
CIRCULATION
- S'il porte sa boucle de travail à l'oreille gauche. - S'il porte ses deux repères agrées.
- S'il est muni d'un DAB complété soit d'une ASDA verte ou jaune soit d'un laissez-passer sanitaire (LPS), daté et signé par l'éleveur.

Tous les mouvements d'animaux doivent être inscrits dans le registre des bovins : mortalité, envoi à l'abattoir...

Maîtriser l'ensemble des pathologies: particulièrement les mammites

Pathologies numéro un en élevage laitier, les mammites ont un impact sur la santé et la productivité des animaux mais aussi sur la qualité sanitaire et technologique du lait.
Leur traitement, à base d'antibiotiques, représente la premiére cause de contamination du tank.
De plus leur matrise est aujourd'hui rendue obligatoire dans la perspective du passage au seuil de 400 000 cellules/ml au ler janvier 1998. Les principales mesures de lutte contre les mammites passent par:

- l'entretien et le contrôle de l'installation de traite
- l'examen systématique de la mamelle avant la traite
- le traitement systématique des vaches au tarissement;
- le traitement des vaches atteintes de mammites cliniques dès les premiers signes (grumeaux dans le lait...)
- la réforme des vaches incurables
- un logement sain (respect des principaies recommandations de dimensions, d'ambiance et d'entretien).

Extrait de : Qualité et sécurité en élevage laitier
vilcon2.gif (6907 octets)

homearrowCLR.gif (8122 octets)Clique pour retour haut de page